Une semaine est passée depuis la fin du confinement.

Ces deux mois d’incarcération sont finalement passés très vite, merci au jardin, à la maison, à mon studio qui est à 15 mètres de la maison et à toutes mes vidéo connaissances pour avoir relativisé cette boucle d’espace-temps.

Les affaires reprennent. Même si le départ est entaché par l’annulation d’une séance portrait et d’un mariage l’activité se relance plutôt bien, c’est rassurant.
Durant le confinement j’ai pris la décision de concourir à « Portraitiste de France », un concours national dédié aux photographes portraitistes.

J’ai pris cette décision pour plusieurs raisons :

  • Faire connaitre le studio grâce au titre et lui apporter ainsi un peu plus de notoriété.
  • Faire évaluer mon travail par des professionnels reconnus et pouvoir me situer dans l’échelle des talents du domaine (et éventuellement progresser là où ça pêche).
  • Me forcer à non pas créer une photographie selon mon inspiration mais suivre un cadre technique précis en vue d’obtenir un résultat qui puisse être primé.

L’un des nombreux thèmes imposés du concours est le portrait de couples…
Pour cela il faut trouver LE cadre adéquat qui saura mettre en valeur les deux personnes qui me serviront de modèles. Ce premier week-end post confinement nous avons donc démarré le Kangoo et roulé jusqu’à la périphérie de Brantome, à Chambon pour être précis, afin d’y visiter « les jardins tranquilles », la superbe propriété de Melody et Robert lovée en bordure de Dronne.
Cinq hectares de pur bonheur visuel… Je vous en restitue quelques vues. 😉